Refuge de Bostan

Vendredi, je décide de chercher une idée de rando photo pour pouvoir tester mon nouveau réflex tout neuf :-).
Plutôt que de me lever très tôt, pour aller faire un lever de soleil au môle ou à la pointe d’Andey, je décide de chercher un refuge d’hiver gardé.

Pourquoi gardé, car mon sac photo pèse une tonne, entre le réflex + l’objectif, sans oublier le trépied, affaires de rechange, pelle, sonde, eau, nourriture, …
bref un bon sac de 10-12kg.

Le seul refuge ouvert qui est proche est celui du Bostan, et il offre plusieurs itinéraires de randonnée.

Samedi je regarde la météo, malgré le beau temps il reste de la place pour dormir, le soleil est de la partie pour les jours à venir, le seul inconvénient pour faire de belles photos, est la présence d’un voile en altitude.
J’ai hésité avant de partir, car le voile est de plus en plus dense, j’y vais un peu à reculons, en plus je suis seul.
J’arrive au parking vers 14h, je croise ceux qui redescendent, je prépare le matériel et je commence la randonnée vers 14h30.
Après 700m de dénivelé en 2h, j’arrive au refuge, le vent du nord s’engoufre dans la combe, malgré le vent et le voile, le soleil est agréable.
Je m’installe et rencontre un couple qui s’entraine à la recherche d’Arva dans la neige.
Nous sommes une vingtaine, je pensais que le refuge serait complet.

La fin d’après-midi se passe, le vent chasse le voile, ce qui nous offre un beau coucher de soleil, qui se couche pile dans l’axe de la combe, en revanche, nous sommes moins bien placé pour le lever de soleil.

La soirée se passe enfaisant quelques clichés. Je fais connaissance avec les autres randonneurs, raquettistes et randonneurs à ski comme moi, l’ambiance est bonne, il y a 5 vendéens qui sont là pour faire la fête, ils enchaînent les tournées d’apéros, heureusement pour nous, ils dormiront à part dans un dortoirs :-).

La fondue à la moutarde à l’ancienne était un délice, le gardien nous propose de bons digestifs, bizarrement je n’avais pas froid lors des prises de vues nocturne, le génépi faisant son effet 🙂

Le lendemain je me réveil juste avant le lever de soleil, vers 7h, le dégradé de couleurs du ciel est vraiment magnifique, la lune est encore toute illuminée.

Après quelques cliché et bon petit déjeuner, c’est l’heure du départ vers 8h30.
Je n’avais pas vraiment décidé d’un itinéraire précis, je pensais aller à la tête de Bostan.

Finalement je pars avec les autres skieurs en direction du col de Bostan, après les 530m de dénivelé, dans une combe, parfois peu sécurisante vu les pentes de chaque côtés.

Arrivée au col, je me rend compte que la montée qu’il reste pour atteindre la tête de Bostan n’est vraiment pas accueillante, la pente est abrupte, au soleil mais complètement gelée.
Je n’ai pas de couteau pour monté avec les skis, après quelques clichés de la vue depuis le col, une belle vue sur les dents du midi, je redescend pas le même chemin.
Je ne traine pas dans les pentes, je me fais tout de même, 1 bonne grosse chute, la tête dans la neige :-).
J’arrive en dessous du refuge, je fais une pause au soleil.

J’attaque la descente et BIM, de nouveau une belle chute, le trépied fait un bon de 3m dans la pente, visiblement le physique ne suit plus, je continue la descente en faisant des pauses.

De retour à la voiture vers 12h, finalement je suis tout de même bien comptant de cette sortie :-).